Tolérer la confrontation

À moins d’être d’accord avec tout ce que les autres disent ou font, la confrontation est inévitable. Lorsque nous sommes capables de tolérer la confrontation, nous pouvons la voir comme une occasion de découvrir le point de vue de l’autre et aussi de faire connaître notre position.

Share on.articles

Pourquoi c’est important

La plupart d’entre nous ressentent un malaise à gérer ou à tolérer une confrontation, que ce soit entre nous et une autre personne ou entre deux autres personnes. La confrontation peut susciter diverses réactions émotionnelles, mentales et physiques. Par exemple, beaucoup de personnes ont déjà ressenti le malaise d’être témoin d’une confrontation hostile.

D’autres personnes qui ne sont pas troublées par la confrontation peuvent même l’apprécier et en tirer une certaine forme de stimulation. Ces personnes peuvent voir la confrontation comme un jeu dans lequel quelqu’un doit gagner, mais négligent de reconnaître les torts que cette approche peut faire à d’autres.

Lorsque nous résistons à la confrontation, lorsque nous l’évitons ou la vivons avec un immense malaise, nous vivons du stress. Lorsque nous abordons la confrontation de façon insouciante, nous risquons involontairement de nous blesser ou de blesser les autres. En apprenant à tolérer la confrontation dans le but d’explorer différentes idées et perspectives, nous pouvons l’utiliser de façon plus objective pour apprendre et grandir.

Exploration et réflexion

Notre réaction à la confrontation est influencée par plusieurs facteurs :

  • la façon dont notre famille gère la confrontation
  • les jugements acquis sur ce que la confrontation révèle de nous
  • nos attentes par rapport à notre conduite personnelle

Nous sommes encore plus dérangés par la confrontation lorsque :

  • nous croyons qu’il faut l’éviter à tout prix
  • nous y voyons un manque de respect, d’acceptation ou d’appréciation
  • nous pensons qu’elle révèle un manque de contrôle 

Aussi dérangeante que puisse être une confrontation, nous serons plus efficaces si nous arrivons à la tolérer et, ainsi, à y répondre de façon appropriée.

Une bonne technique pour gérer la confrontation consiste à prendre un recul mental face à la situation et à réfléchir à la raison pour laquelle elle nous crée un malaise. Demandez-vous s’il y a :

Une réflexion de ce genre peut vous aider à rester à l’affût de vos interactions émotionnelles. Vous pouvez également explorer ce dont chacune des parties impliquées a besoin pour préserver sa dignité et progresser vers une solution.

Réfléchissez aux facteurs qui vous causent de la difficulté à tolérer la confrontation. Complétez les phrases suivantes :

Lorsque je me trouve dans une situation de confrontation…

  • sur le plan émotif, je ressens…
  • sur le plan physique, je réagis en…
  • j’ai les pensées suivantes à propos de moi-même…
  • j’ai les pensées suivantes à propos des autres…

Maintenant, pensez à des situations où vous avez réussi à tolérer la confrontation. Quelles actions particulières avez-vous posées qui ont été aidantes pour vous?

Réaction

La prochaine fois que surviendra une confrontation ou une divergence d’opinions, demandez-vous comment vous impliquer sans vous sentir personnellement visé. Pouvez-vous porter votre attention sur l’idée à débattre et essayer de comprendre la position de l’autre personne au lieu de vous défendre ou de garder le silence? Pour en apprendre davantage, consultez la page Résoudre les conflits personnels.

Contributors include.articlesDr. Joti SamraMary Ann Baynton

Related articles.articles

Article tags.articles

Choose an option to filter.articles

Comments.comments

To add a comment.comments