RÉSUMÉ : Une approche de gestion du rendement qui se concentre sur les solutions et la réussite de l’employé peut contribuer à son bien-être.

Cette section comporte des renseignements supplémentaires pour vous aider à Élaborer un plan pour le milieu de travail destiné à vous permettre de mieux gérer les problèmes de rendement en tenant compte de la santé mentale. Il peut également s’avérer utile de la revoir avant de procéder à la planification d’une résolution de conflit, du retour au travail d’un employé ou de mesures d’adaptation. À chacune de ces étapes, une résolution efficace des problèmes de rendement peut contribuer à protéger la santé mentale de l’employé.

>RÉSUMÉ : Différentes listes de vérification peuvent être utilisées pour évaluer la propension à la violence, mais il faut bien noter qu’il n’existe aucune méthode absolue pour déterminer si une personne est susceptible de se comporter de façon violente au travail.

Toute préoccupation relative à la violence doit être prise au sérieux. Si vous craignez qu’une personne puisse devenir violente, demandez à un conseiller en traumatismes de faire un examen approfondi de la situation. Les programmes d’aide aux employé(e)s ou d’autres services peuvent vous donner accès à ce type de ressource. Différentes listes de vérification peuvent être utilisées pour évaluer la propension à la violence, mais il faut bien noter qu’il n’existe aucune méthode absolue pour déterminer si une personne est susceptible de se comporter de façon violente au travail.

Quelques-unes des questions à se poser au moment de déterminer le risque qu’une personne commette un acte de violence quelconque comprennent les suivantes :

  • La personne fait-elle preuve d’un manque de jugement?
  • A-t-elle déjà eu recours à des comportements violents (au travail ou dans sa vie privée) pour résoudre des conflits?
  • Utilise-t-elle de stratégies d’adaptation négatives?
  • Présente-t-elle un facteur de risque de comportement violent, comme le fait d’être connue pour abuser de l’alcool ou d’autres drogues, ou d’en être soupçonnée?
  • A-t-elle une tendance à l’isolement, au mutisme ou au retrait social, soit des agissements connus pour être liés à la violence au travail?
  • Si un rapport récent de vérification des antécédents criminels est dans son dossier, a-t-il été examiné? Plus les antécédents d’actes de violence (le cas échéant) sont récents, plus ils sont pertinents.
  • Y a-t-il eu des signes d’un problème ou d’un risque de violence au travail croissant ou de plus en plus préoccupant, par exemple, harcèlement, intimidation, menaces, violence verbale ou physique, arrogance, insubordination, isolement, ou tout autre indicateur potentiel?

    *Adapté de https://www.paseap.com/resource/propensity-violence-assessment

Pour une approche plus étendue, consultez l’article Prévention de la violence

.