RÉSUMÉ : Nombre d’entre nous auront un jour à prendre soin d’un être cher. Ce rôle peut devenir une cause importante de stress lorsqu’il faut le concilier avec de multiples responsabilités familiales, professionnelles et sociales. Quelques-uns d’entre nous ont eu la chance de recevoir, de la part d’amis et de collègues, des conseils et des stratégies qui les ont aidés à promouvoir la santé et le bien-être d’un proche. C’est dans cet esprit de partage que nous avons préparé l’article « Promoteur de la santé » à votre intention.

Il peut être éprouvant de prendre soin d’un parent, d’un conjoint ou d’un ami lorsqu’on n’a pas la capacité de pourvoir à tous ses besoins et qu’on ne sait pas où trouver de l’aide. Bien que la majorité endosse ce rôle par compassion, même la personne la plus dévouée peut céder sous l’épuisement et la frustration liés au manque de temps ou de ressources. Et ce stress est encore exacerbé lorsqu’on voit l’être cher vivre avec une souffrance physique ou mentale.

Savoir où s’adresser pour obtenir du soutien en matière de services gouvernementaux, de santé, de logement, de vie sociale, de nutrition et de finances n’éliminera pas tous les facteurs de stress, mais la charge sera moins lourde.

Services gouvernementaux

Suivent quelques sources d’information et ressources que vous pouvez consulter dès maintenant pour aider un proche qui bénéficie de soins. En communiquant avec des employés de l’État qui ont pour mandat d’aider les citoyens, vous trouverez peut-être une autre personne pour défendre les intérêts de l’être cher.

  • Le gouvernement fédéral et les provinces ont créé l’outil Chercheur de prestations pour aider les citoyens à déterminer leur admissibilité à divers programmes et prestations en matière de santé, de logement ou de revenu. Comme les programmes et processus gouvernementaux comportent souvent des délais d’approbation et de paiement, il est préférable d’amorcer les démarches dès que vous constatez un besoin.
  • Si vous ne trouvez pas les ressources dont vous avez besoin sur le site du Chercheur de prestations, vous pouvez communiquer directement avec le bureau du député de votre circonscription. Le personnel est habituellement bien renseigné sur les programmes et services disponibles.
    • Communiquez avec le bureau du député fédéral de votre localité pour obtenir de l’information sur les services et programmes nationaux disponibles.
    • Vous pouvez aussi contacter le bureau de votre député provincial ou territorial pour obtenir de l’information sur les services et programmes provinciaux disponibles. Faites une recherche en ligne en tapant l’acronyme approprié (MAL/MAN/DCA/MAL/APN) et le nom de votre municipalité ou ville, ou utilisez les liens suivants :
    • Premières Nations/Métis – L’Assemblée des Premières Nations (APN) est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Le secrétariat de l’APN présente les points de vue des diverses communautés des Premières Nations par la voix de leurs leaders.
    • Communiquez avec votre administration municipale pour obtenir de l’information sur les programmes et services disponibles à l’échelle locale.
  • Le site Government Assistance and Funding for Caregivers in Canada (en anglais seulement) donne de plus amples renseignements au sujet des différentes sources de prestations financières pour les proches aidants, comme les prestations pour proches aidants.

Aînés

L’accès aux programmes en matière de logement abordable, d’équipement de soins de santé à domicile et de soutien communautaire dépend souvent de la disponibilité locale. L’information qui suit vise à vous orienter dans la bonne direction, peu importe l’endroit où vous habitez.

L’idée de déménager un être cher d’un endroit qui lui est familier peut provoquer un stress émotionnel. On peut difficilement prévoir la réaction de la personne ou si la nouvelle situation améliorera la qualité de vie de votre proche. Bien comprendre vos options peut aider. Il existe une variété d’options de logement pour les aînés, notamment des logements subventionnés si le coût est un facteur. Assurez-vous de comprendre les différences importantes entre les diverses options, notamment les délais d’attente, les charges supplémentaires, les soutiens offerts et le processus de demande.

Santé

Aider quelqu’un à obtenir des soins de santé efficaces peut se révéler une tâche difficile. Il est possible d’obtenir des ressources par l’entremise des divers ordres de gouvernement nommés plus haut. Suivent quelques conseils en ce qui concerne les formalités administratives, la médication, la gestion de la douleur, les rendez-vous chez le médecin et les conseils médicaux.

  • Si vous ou la personne dont vous prenez soin avez droit à des prestations en matière de santé, de mieux-être, d’invalidité, de maladies graves, de retraite ou de soins dentaires en vertu d’un régime au travail ou d’une adhésion à une association, communiquez avec le fournisseur pour savoir à quelles ressources vous et l’être cher pourriez avoir droit.
  • Des services téléphoniques sont offerts gratuitement à la grandeur du Canada. Des infirmières peuvent répondre à toute question concernant un problème de santé. Assurez-vous d’avoir sous la main les renseignements inscrits sur la carte santé de votre proche.
  • Certains équipements et accessoires comme une marchette, un fauteuil roulant et d’autres dispositifs médicaux ou d’assistance sont offerts gratuitement ou peuvent être loués aussi longtemps que vous en avez besoin. La Croix-Rouge offre le Programme de prêt d’équipement médical (HELP), et vous pouvez également vérifier s’il existe d’autres programmes auprès du régime d’assurance-maladie de votre province ou territoire.
  • Consultez les ressources en ligne ou locales offertes par des institutions, des associations et des groupes communautaires dans votre région, en particulier les organisations qui se consacrent à des problèmes de santé précis, comme le diabète, la dépression ou les maladies du cœur.
  • Il est recommandé de réunir dans un cartable ou un dossier numérique tous les renseignements relatifs aux soins de santé, soit le nom complet, la date de naissance, les antécédents médicaux, les données de la carte santé, les personnes à contacter en cas d’urgence (dont vous-même), les numéros des polices d’assurance, les documents de procuration, la liste des médicaments, le suivi des visites chez le médecin, les renseignements sur la location d’équipement et la liste des fournisseurs de services.
  • Préparez-vous d’avance aux visites chez le médecin afin d’éviter d’oublier les informations de santé de l’être cher, sa carte santé ou les réponses aux questions importantes. HealthLinkBC propose quelques formulaires à remplir en prévision d’un rendez-vous (en anglais seulement), où l’on peut consigner les problèmes de santé nouveaux ou courants, les rendez-vous de suivi, les problèmes relatifs aux enfants et plus.
  • Demandez aux fournisseurs de soins si vous pouvez enregistrer vos conversations durant les rendez-vous médicaux auxquels vous accompagnez l’être cher. La plupart des téléphones intelligents ont une fonction d’enregistrement vocal. Sinon, prenez des notes à chaque visite pour vous assurer de conserver toute l’information dans votre cartable ou dossier santé électronique.
  • Il peut être difficile de voir un proche vivre avec la douleur. Vous trouverez sur le site Retrain Pain Foundation des ressources gratuites en français sur la gestion de la douleur chronique ou persistante.
  • Tout problème de santé peut avoir une incidence sur la santé mentale. Le site de l’Association canadienne pour la santé mentale et le site eSantéMentale sont deux exemples de ressources en ligne qui offrent de la documentation écrite et une aide en direct.
  • Apportez la liste de tous les médicaments, vitamines et suppléments de votre proche chez le pharmacien afin que celui-ci vous explique les interactions médicamenteuses et effets secondaires possibles.
  • Vous pouvez également prendre connaissance des ressources mises à la disposition des proches aidants sur Elizz.com (en anglais seulement), dont de l’information sur la sécurité pharmaceutique, les soins palliatifs, les besoins particuliers et plus encore.
  • Lisez également l’article Dépression, anxiété et autres affections si l’être cher a une maladie mentale.
  • Divers services peuvent être offerts à domicile, dont les soins dentaires, les soins des pieds et même la coiffure. Certains services comme la coiffure sont payants, et d’autres peuvent être couverts par le régime d’assurance-maladie de votre province.

Nutrition

Nous sommes nombreux à ne pas accorder suffisamment d’importance à notre propre alimentation, et à plus forte raison à celle d’une autre personne, surtout s’il s’agit d’un adulte comme un parent, un frère ou une sœur, ou un autre membre de la famille. Consultez les ressources suivantes pour vous assurer que l’être cher obtient l’apport nutritif nécessaire en temps et lieux voulus.

  • Consultez le site Les diététistes du Canada pour trouver dans votre région un diététiste qui peut vous conseiller gratuitement. Vérifiez si votre régime de prestations ou celui de votre proche couvre les services d’un diététiste pour obtenir encore plus d’aide. Un diététiste peut vous aider si vous craignez que votre proche n’obtienne pas tous les nutriments dont il a besoin.
  • Il peut également être utile de contacter des organisations nationales spécialisées comme Diabetes Canada (en anglais seulement) ou Cœur + AVC afin d’obtenir des renseignements spécifiques et des plans de repas adaptés.
  • Partout au Canada, il existe des organisations qui livrent des repas aux personnes qui n’ont pas la capacité de cuisiner ou de se rendre à l’épicerie, comme La popote roulante de la Croix-Rouge canadienne, les maisons de soins ou les associations d’aînés.
  • Si votre proche aime cuisiner et en a encore la capacité, envisagez d’utiliser un service de repas prêts à cuisiner. Les boîtes contiennent la totalité ou la majorité des ingrédients nécessaires pour préparer un repas nourrissant, tout en offrant une certaine autonomie. Comme la plupart des entreprises offrent des plans d’abonnement, attention aux renouvellements automatiques.
  • Si le coût de la nourriture est un problème pour votre proche, Banques alimentaires Canada est un organisme de bienfaisance national qui vient en aide aux Canadiens qui vivent l’insécurité alimentaire. Le site Trouvez une banque alimentaire aide à trouver des ressources dans la communauté où habite votre proche.
  • Vous pouvez également vérifier auprès de votre administration municipale quels sont les services alimentaires ou soutiens disponibles dans votre région.

Finances

  • S’occuper des finances d’un proche frappé d’incapacité est une grande responsabilité. Lorsque l’être cher est votre parent, le renversement des rôles peut être inconfortable. De nombreux aspects juridiques et émotionnels doivent être considérés. Parler de finances est plutôt personnel et intime. Soyez prêt à rencontrer les conseillers de confiance actuels de votre proche (planificateur financier, conseiller financier, courtier, comptable et avocat) de façon à travailler ensemble dans l’intérêt de l’être cher.
  • La communication est essentielle tout au long du processus lorsque vous travaillez avec l’être cher et défendez ses intérêts. Dans les moments où vous ressentez de l’accablement, rappelez-vous combien il doit être difficile de lâcher prise sur toutes ces choses dont vous pouviez vous occuper auparavant.
  • Moneysense.ca (en anglais seulement) donne des conseils pour aider les membres de la famille qui avancent en âge, ainsi que dix questions clés à poser à un parent vieillissant pour le préparer aux années à venir :
    • Où conservez-vous vos documents importants – testaments, relevés de placement, polices d’assurance-vie et autres? Avez-vous préparé une liste de tous vos documents importants, ainsi que les coordonnées des personnes à contacter?
    • Votre testament est-il à jour? Idéalement, il doit avoir moins de cinq ans. Le testament, l’exécuteur testamentaire et les bénéficiaires doivent être revus après le décès d’un conjoint ou à la suite d’un changement de vie important, afin d’y refléter les volontés du parent restant.
    • Avez-vous fait préparer un document de procuration? Ce document désigne la personne qui s’occupera de vos affaires si vous n’en avez pas la capacité en raison d’une maladie ou d’un déclin cognitif. Vos parents peuvent désigner une personne pour s’occuper des décisions touchant à la santé et une autre pour les décisions financières, ou ils peuvent désigner une seule personne pour jouer les deux rôles.
    • Avez-vous un coffret de sûreté? Le cas échéant, dans quelle institution financière? Où se trouve la clé?
    • Où sont vos comptes bancaires? Si vous êtes en état d’incapacité, où trouverai-je le NIP et les renseignements relatifs aux comptes?
    • Avez-vous des cartes de crédit et, le cas échéant, qui en est l’émetteur? En réglez-vous le solde chaque mois?
    • Avez-vous un conseiller financier, un avocat ou un comptable, et quelles sont leurs coordonnées?
    • Avez-vous des polices d’assurance? Qui est votre agent ou courtier?
    • Avez-vous des dettes? Le cas échéant, qui sont vos créanciers? À combien s’élèvent-elles?
    • Est-ce que des personnes vous doivent de l’argent? Le cas échéant, qui?
  • Les banques et autres institutions financières offrent souvent des outils et des conseils financiers pour les proches aidants. Vérifiez quels sont les services offerts par votre institution, mais sachez que les autres institutions offrent aussi des services et outils qui vous sont accessibles même si vous n’êtes pas client. En voici quelques-uns :
  • Dans le rapport Government Assistance and Funding for Caregivers in Canada publié sur elizz.com, on recommande de se renseigner sur les services de conseils financiers qui incluent non seulement la planification de la retraite, mais aussi les solutions en matière de crédit, de dette et de gestion financière.
  • Conseil en crédit du Canada est l’association nationale qui représente les organismes de conseil en crédit à but non lucratif qui œuvrent sur les plans provincial, régional et local, partout au Canada.

Mieux-être du promoteur de la santé

Toutes les approches proposées plus haut visent à vous aider à faire face aux exigences et aux stress associés à votre rôle d’aidant naturel. Vous savez qu’il est important de prendre soin de vous, mais par moment, il vous semble que vous n’avez tout simplement pas ce luxe.

Il y a toutefois de petites choses que vous pouvez faire au quotidien :

  • Une saine alimentation aide à éviter les fluctuations énergétiques qu’entraîne la consommation de glucides, de sucre, de caféine et d’alcool.
  • Se coucher plus tôt est une bonne façon de récupérer s’il vous est difficile de dormir des nuits complètes.
  • Être actif se résume parfois à marcher dans la maison, mais l’objectif est de maintenir une bonne circulation.
  • Vous pouvez réduire votre stress en ne vous laissant pas envahir par les peurs et inquiétudes. Il existe diverses applications de santé mentale conviviales que vous pouvez utiliser à toute heure du jour ou de la nuit.
  • Enfin, gardez contact avec les amis et les membres de la famille qui vous offrent un soutien affectif. Un simple appel ou message texte suffit parfois à briser l’isolement et à remettre les choses en perspective.

Si vous avez des conseils pratiques à partager aux personnes qui aident et représentent un proche, nous vous invitons à nous en faire part : Nous joindre.