On définit l'intimidation comme des gestes ou des commentaires verbaux susceptibles de causer un tort « psychologique » à la personne visée ou de l'isoler. Ce type de comportement revêt souvent un caractère répétitif. Les rôles respectifs de l'intimidateur, de la personne ciblée et du témoin sont tous décrits dans la recherche sur l'intimidation à l'école, et ils peuvent aussi se retrouver en milieu de travail. Les torts causés par l'intimidation peuvent être tout aussi graves dans un contexte professionnel. La question à se poser est donc : comment gérer ces situations en milieu de travail de manière à protéger la sécurité psychologique?

La plupart d'entre nous n'auraient jamais l'intention d'intimider quelqu'un, mais notre comportement peut involontairement faire naître un sentiment d'intimidation ou d'humiliation chez une personne. De nombreuses personnes accusées d'intimidation en milieu de travail ne sont pas conscientes que leur comportement est perçu comme nuisible autour d'elles. Par ailleurs, il est parfois difficile de reconnaître l'intimidation de la part d'un dirigeant en milieu de travail étant donné qu'elle peut prendre les apparences d'un style de gestion solide et efficace.

Une intervention menée uniquement auprès de l'intimidateur et de la personne ciblée n'est pas suffisante : dans un milieu de travail sain, on s'efforce de créer un environnement où les témoins peuvent intervenir d'une manière aidante et constructive. Savoir s'interposer avec une attitude respectueuse et non conflictuelle peut limiter les effets négatifs et aider à ce que les comportements nuisibles cessent ou ne s'aggravent pas. Pour traverser ces périodes d'émotions intenses, il est primordial de s'entendre sur le langage à utiliser pour intervenir de façon respectueuse. Si la personne perçue comme intimidante comprend que le médiateur intervient non pas pour la critiquer, mais pour essayer d'aider les parties en cause à reprendre le contrôle de leurs émotions, elle est plus susceptible de bien réagir.

En ayant recours à une approche positive, on s'assure également que la personne qui réagit fortement n'est pas blâmée ou humiliée. Se concentrer sur la recherche d'une solution à la préoccupation plutôt que sur la personne ou même sur le problème peut contribuer au maintien d'un environnement juste et équitable où chacun se sent respecté.

Certains intimidateurs se perçoivent simplement comme des personnes passionnées ou frustrées ou se disent autoritaires, d'où l'importance de prendre conscience de l'effet que notre attitude peut avoir sur les gens. Voici quelques suggestions pour comprendre cette influence :

  • Vérifier auprès des gens la façon dont ils préfèrent obtenir une rétroaction et ce qu'ils peuvent juger dur ou injuste.
  • Discuter des mots ou comportements particuliers qui nous donnent l'impression d'être pris comme cibles.
  • Enseigner aux gens comment se défendre de manière efficace lorsqu'ils ne se sentent pas respectés par quelqu'un.

Les risques de malentendus ou de conséquences involontaires sont limités lorsqu'un dirigeant s'assure que chaque membre de son équipe sait comment la rétroaction sera communiquée et comment se défendre d'une manière respectueuse en cas d'interaction potentiellement nuisible. Bien qu'il soit impossible d'éliminer toutes les impressions d'intimidation, cette approche peut favoriser une résolution plus efficace des conflits.

Les conséquences de l'intimidation en milieu de travail peuvent être graves et persistantes. Voici quelques stratégies qui peuvent aider à réduire ou à éliminer l'intimidation au travail :

  • Élaborer des politiques et des lignes directrices sur le respect en milieu de travail qui sont claires, mesurables et applicables.
  • Faire des jeux de rôles illustrant des situations d’intimidation.
  • Parvenir à un consensus sur un mode d'intervention respectueux.
  • Créer des procédures précises pour signaler les incidents non résolus.
  • Discuter de différentes approches pour gérer la frustration au travail.

Vous trouverez de plus amples renseignements à la page Prévention du harcèlement et de l'intimidation.