Résumé : Ces questions peuvent aider les représentants syndicaux à prendre en considération l'efficacité des approches actuelles visant à promouvoir la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail et à soutenir les travailleurs qui pourraient éprouver des problèmes de santé mentale au travail.
  1. Nos représentants/membres ont-ils les connaissances et la formation adéquates pour reconnaître qu'un travailleur peut avoir des problèmes de santé mentale?
  2. Disposons-nous d'indicateurs de rendement et de méthodes d'évaluation nous permettant d'établir objectivement comment nous faisons face aux problèmes de santé mentale dans votre milieu de travail?
  3. Nos représentants participent-ils à l'élaboration de plans d'adaptation raisonnables qui permettent aux travailleurs de surmonter les défis émotionnels, psychologiques et interpersonnels en jeu?
  4. Soutenons-nous efficacement une culture d'entreprise qui favorise la communication ouverte entre les travailleurs, la direction et le syndicat et qui est libre de toute stigmatisation et de toute discrimination?
  5. Nos représentants comprennent-ils que nous avons pour rôle de participer à l'obligation d'adaptation et de l'appuyer?
  6. Nos représentants comprennent-ils le rôle que nous jouons dans l'élimination du harcèlement et de l'intimidation dans le milieu de travail?
  7. Préconisons-nous un libellé de convention collective qui soutient la santé mentale et la sécurité psychologique des travailleurs?
  8. Notre convention collective traite-t-elle de mesures d'adaptation raisonnables?
  9. Sommes-nous suffisamment au courant des options d'adaptation en matière de problèmes de santé mentale pour pouvoir proposer des solutions de rechange viables aux suggestions mises de l'avant par la direction?
  10. Avons-nous mis en place un comité paritaire sur l'adaptation qui collabore avec la direction pour trouver des mesures d'adaptation raisonnables qui permettront le retour au travail réussi du travailleur tout en ayant le moins d'impact sur la convention collective?
  11. Nos représentants comprennent-ils qu'ils sont tenus à l'obligation de confidentialité lorsqu'ils discutent des renseignements médicaux personnels d'un travailleur?
  12. Nos représentants savent-ils comment procéder lorsqu'un travailleur dévoile qu'il a une maladie mentale?
  13. Quelle approche privilégions-nous pour traiter du ressentiment des collègues en cas d'adoption de mesures d'adaptation à l'égard d'un travailleur?
  14. Nos représentants montrent-ils l'exemple en adoptant des comportements sains et respectueux dans le milieu de travail?
  15. Connaissons-nous les approches qui permettent d'intervenir efficacement dans les conflits entre collègues et sommes-nous formés à ces approches?
  16. Connaissons-nous les ressources, l'expertise et le soutien que nos dirigeants syndicaux peuvent nous offrir pour faire face à des problèmes de santé mentale ou de sécurité psychologique?
  17. Y a-t-il un processus en place afin de répondre à une demande visant la fourniture de preuves supplémentaires pour étayer la nécessité d'une adaptation raisonnable?
  18. Y a-t-il un processus en place en cas de rejet d'une demande d'adaptation raisonnable?
  19. Y a-t-il un système en place pour offrir un soutien aux représentants syndicaux qui sont émotionnellement épuisés?
  20. Notre syndicat offre-t-il de l'aide pour interpréter la convention collective et les travailleurs savent-ils comment accéder à cette aide?

Nous tenons à remercier le comité consultatif sur le milieu de travail de la Commission de la santé mentale du Canada pour leur révision du présent document.