Il y a cinq ans, le 16 janvier 2013, avait lieu le lancement de la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail (la norme). Les raisons de célébrer la norme et de choisir de l'intégrer cette année au sein de votre organisation, ou de la maintenir, sont nombreuses.

Pendant longtemps, nous nous sommes principalement intéressés à la santé et à la sécurité psychologiques des employés qui présentaient des demandes de règlement d’invalidité liées à des problèmes de santé mentale. Toutefois, maintenant que la population est plus sensible aux questions de santé et de maladies mentales, nous constatons que les entreprises accordent une plus grande importance et une plus grande valeur opérationnelle à la protection et à la promotion de la santé mentale de leurs employés.

La norme a été élaborée pour répondre à la nécessité de munir les employeurs de lignes directrices et de stratégies pouvant les aider à favoriser le bien-être psychologique des employés et de prendre des mesures concrètes afin d’éviter de nuire à leur santé psychologique. Téléchargée plus de 30 000 fois jusqu’à maintenant à l’échelle planétaire, il y a fort à parier que des milliers d’organisations au Canada en utilisent les lignes directrices pour aider à garder leurs employés en santé et en sécurité sur le plan psychologique.

La norme n’est pas une mesure d’évaluation ou de contrôle de la santé mentale des employés; elle sert plutôt à évaluer de quelle façon les politiques, les processus et les interactions au sein des entreprises peuvent avoir une incidence sur la santé et la sécurité psychologiques des employés. Elle est axée sur les facteurs relevant de la sphère d’influence et de responsabilités de l’employeur.

L’application de la norme en milieu de travail peut aider à maximiser le potentiel des employés et favoriser l’obtention de résultats positifs. Elle peut également contribuer à protéger l’ensemble du personnel contre les blessures psychologiques ou à en diminuer les effets de la même façon que les systèmes de santé et de sécurité au travail tentent de protéger les travailleurs contre les blessures corporelles.

Un grand nombre de choses peuvent être accomplies une fois que l’organisation s’engage dans cette voie. Néanmoins, la santé et la sécurité psychologiques ne sont pas la responsabilité exclusive des dirigeants. Tout un chacun au sein de l’entreprise est susceptible d’influer sur la santé et la sécurité psychologiques des autres employés. C’est particulièrement le cas lors de situations graves telles que des cas d’intimidation et de harcèlement, mais cela peut également se produire au quotidien en cas de conflit, de rejet ou de manque de respect. Quelle que soit la taille de l’organisation, il est toujours possible de sensibiliser les employés aux répercussions de leur comportement sur leurs collègues.

Nul besoin d’être un spécialiste en santé mentale pour aborder la question et chercher des solutions visant à améliorer la santé et la sécurité psychologiques au travail. Le simple fait de se demander quels seront les effets lorsqu’il est question d’apporter des changements aux politiques et aux procédures peut grandement améliorer la prise de décision et le dialogue en vue de favoriser un milieu de travail plus positif.

Les leaders jouent également un rôle crucial en ce qui concerne le maintien d’un milieu de travail psychologiquement sain et sécuritaire. Par l’entremise de l’Université de Fredericton, Mme Joti Samra, Ph. D., met au point une nouvelle ressource qui les aidera à évaluer et à améliorer l’incidence qu’ils ont sur la santé et la sécurité psychologiques de leurs employés. Si vous voulez en apprendre davantage à ce sujet, inscrivez-vous au bulletin de nouvelles par courriel et on vous informera de sa publication plus tard cette année.

Pendant que la norme continue à orienter les milieux de travail vers une décennie de sensibilisation et d’action, l’honorable Michael Kirby, auteur de l’important rapport du Sénat intitulé De l’ombre à la lumière – La transformation des services concernant la santé mentale, la maladie mentale et la toxicomanie au Canada, ancien président de la Commission de la santé mentale du Canada et président fondateur de l’organisme Partenaires pour la santé mentale, affirme ceci : « La prochaine étape consiste à faire adopter la norme par un nombre croissant d’entreprises. La question de la santé mentale au travail est vraiment passée de l’ombre à la lumière, pour de bon. »

Le Centre pour la santé mentale en milieu de travail pour la Great-West (le Centre) offre gratuitement des outils et des ressources pratiques étape par étape pour les employeurs qui désirent mettre la norme en place. Un manque de budget ne doit pas être une raison pour retarder la mise en place de mesures visant à rendre leur milieu de travail plus sain et plus sécuritaire sur le plan psychologique.