Voir plus sur le 10e Anniversaire du Centre

Les réunions d'affaires existent depuis plusieurs décennies. Pendant longtemps, elles ont été axées sur l'augmentation des ventes et de la productivité. Les discours sur la conclusion des ventes, la mise en marché d'un produit ou d'un service ou la motivation des employés étaient monnaie courante.

Autrefois, dans ces conférences, la santé mentale en milieu de travail était rarement à l'ordre du jour. Et pourtant, certains des anciens gourous de la gestion faisaient la promotion de stratégies qui étaient en fait apparentées aux principes de la santé et de la sécurité psychologiques en milieu de travail.

C'est seulement depuis quelques années que la santé mentale ainsi que la santé et la sécurité psychologiques figurent à l'ordre du jour de nombreuses conférences d'affaires. Le Centre est fier d'assister à ce changement.

« Autrefois, les gens n'en parlaient pas. Maintenant, les gens ne peuvent plus s'empêcher d'en parler. Je n'ai jamais vu une question évoluer aussi rapidement », confiait récemment Kevin Flynn, ministre du Travail de l'Ontario, à l'occasion d'une conférence.

La conférence Santé, travail et mieux-être était prévue depuis un certain temps lorsque le Conference Board du Canada a cru bon devoir la remplacer par la Better Workplace Conference (en anglais seulement). Cette dernière est davantage axée sur l'aide aux organisations en vue d'établir les liens existants entre les changements apportés et le mieux-être personnel et organisationnel.

La Bottom Line Conference , présentée annuellement par l'Association canadienne pour la santé mentale en Colombie-Britannique, continue d'élargir son mandat consistant à soutenir la santé mentale de tous les Canadiens sur le marché du travail, réunissant chefs d'entreprises, responsables de l'élaboration de politiques, chercheurs et employés.

Julia Kaisla, directrice de l'engagement communautaire, Canadian Mental Health Association et organisatrice de la Bottom Line Conference, indique que réunir des personnes issues de différents milieux de travail constitue une occasion d'échanger des idées et de trouver un terrain d'entente. « Tous les participants viennent d'environnements divers avec leurs propres antécédents. Ils sont différents, et pourtant lorsqu'ils se rassemblent pour parler de leur propre expérience relative à la santé mentale ou des raisons qui les incitent à offrir leur appui à cette cause, ils ont beaucoup en commun. Cela montre bien le caractère universel du problème. »

Sari Sairanen, directrice nationale de la santé et de la sécurité, Unifor, indique qu'il s'agit d'un changement apprécié. « Il y a eu une évolution impressionnante. Tout le monde travaille en vue d'améliorer la santé et la sécurité psychologiques maintenant. Nous ne nous intéressons plus seulement aux risques physiques, mais également aux risques psychologiques et à la façon de les éliminer. »

Obtenez gratuitement votre version numérique du livre The Evolution of Workplace Mental Health au www.strategiesdesantementale.com.