Voir plus sur le 10e Anniversaire du Centre

Les employés sont au cœur des entreprises. Aussi, les liens tissés entre collègues en milieu de travail constituent l’une des façons facilitant la résolution et la diminution de divers problèmes, y compris la stigmatisation.

Heather Stuart (article en anglais), chef de file de renommée mondiale dans la recherche sur la stigmatisation associée à la maladie mentale, a avancé l’idée que la meilleure approche visant à réduire la stigmatisation se ferait au contact de personnes ayant elles-mêmes connu des problèmes de santé mentale. Ces contacts peuvent s’établir par l’entremise de ressources vidéos comme celles que l’on trouve dans l’outil Se rétablir en travaillant* ou lors d’interactions directes.

Plus nous sommes en contact avec des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, plus nous pouvons les comprendre et commencer à considérer la maladie mentale comme quelque chose qui fait partie de la condition humaine.

La réduction de la stigmatisation a pour objectif d’en finir avec la discrimination. Les répercussions sur l’individu vont bien au-delà du point de vue juridique. En réalité, l’élimination de la stigmatisation peut sauver des vies. « La plupart des gens affirment que la stigmatisation associée à la maladie mentale est bien pire que la maladie mentale elle-même », explique Mme Stuart.

L’isolement social, l’étiquette d’incompétent ou de personne désagréable, ou encore le sentiment d’être un fardeau ou indésirable peut porter à penser que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Lorsqu’on élimine la stigmatisation, nous pouvons traiter la maladie mentale comme n’importe quel autre problème de santé. Nous pouvons détecter lorsqu’une personne ne va pas bien. Nous pouvons déterminer les ressources et le soutien qui sont offerts. Et nous pouvons aider toute personne en ayant besoin à accéder à ces ressources.

Clara Hughes, athlète olympique canadienne, est porte-parole pour la santé mentale. Pour elle, entrer en contact se traduit en prenant la parole lors d’événements, à la télévision et à la radio. Elle contribue à éliminer la stigmatisation en racontant publiquement son histoire personnelle et familiale concernant la maladie mentale.

L’expert en sécurité au travail et en prévention Andrew Harkness croit qu’il est temps de sortir les problèmes de santé mentale de l’ombre et de mettre au premier rang la santé et la sécurité au travail. « Des témoignages comme celui de Clara Hughes aident à régler des problèmes qui ont toujours existé » explique-t-il. « Les employeurs commencent à comprendre que ces problèmes leur coûtent plus cher lorsqu’ils ne sont pas réglés. »

Si ce n’est déjà fait, inscrivez-vous à notre cyberbulletin pour recevoir des liens vers des vidéos de personnes comme Clara Hughes, des renseignements concernant de nouvelles ressources et des nouvelles portant sur des événements relatifs à la santé mentale en milieu de travail.

*Mme Stuart n’est pas en position de faire des commentaires au sujet de l’outil Se rétablir en travaillant, ni de l’appuyer.